Les Acteurs de l’Administration Pénitentiaire en conclave Ouagadougou 27-28 Mai 2013

En prélude à la conférence pénitentiaire internationale prévue pour se tenir au Burkina Faso en juin 2014, le Ministère de la justice à travers la Direction générale de la Garde de sécurité pénitentiaire a initié un atelier national sur la sécurité, la surpopulation carcérale et la réinsertion sociale des détenus au Burkina Faso. Cet atelier qui s’est tenu à Ouagadougou les 27 et 28 mai 2013 au Centre national cardinal Paul ZOUNGRANA, a connu la participation de tous les acteurs nationaux intervenant dans la chaîne de justice pénale.

Placée sous la présidence de Monsieur Dramane YAMEOGO, ministre de la Justice, garde des Sceaux, représentant le Premier ministre, la cérémonie d’ouverture a connu la présence de nombreuses autorités politiques, judiciaires, administratives, militaires et paramilitaires. L’éclat de la cérémonie a été rehaussé par la présence de l’édile de la ville de Ouagadougou, Marin Casimir ILBOUDO. Après le mot de bienvenue de ce dernier, l’Inspecteur de sécurité pénitentiaire, Adama ROUAMBA, Directeur général de la Garde de sécurité pénitentiaire, Président du Comité d’organisation , dans son allocution a évoqué les problèmes d’insécurité dans les prisons, de surpopulation carcérale et d’inefficacité des actions de réinsertion sociale des détenus ; toutes choses qui ont justifié la tenue de cette rencontre technique.

Le Garde des Sceaux quant à lui, n’a pas manqué de saluer dans son intervention les efforts entrepris par le Burkina Faso pour une meilleure humanisation des conditions carcérales, progrès liés entre autres au  renforcement des capacités des Agents de la Garde de sécurité pénitentiaire.

Monsieur Dramane YAMEOGO a pour finir reconnu la nécessité de poursuivre les efforts pour venir à bout des insuffisances en matière pénitentiaire constatées ça et là.

Les deux jours de conclave ont permis aux participants d’échanger sur trois thématiques à savoir le « le cadre juridique et la surpopulation carcérale au Burkina Faso », « la sécurité dans les établissements pénitentiaires au Burkina Faso : cas des violences sexuelles et le genre » et « la réinsertion sociale des détenus au Burkina Faso : rôle de l’Etat et de la société civile ».

A l’issue des communications, des travaux de groupe et des débats en plénière, des recommandations fortes ont été prises.

Il s’agit :

  • de l’élaboration et de la mise en œuvre d’une stratégie nationale de réinsertion sociale des détenus et d’humanisation des conditions de détention ;
  • du renforcement des capacités des acteurs de la chaîne de justice pénale ;
  • de l’institutionnalisation d’une architecture-type pour les établissements pénitentiaires ;
  • de la tenue régulière des assises criminelles.

Après la lecture du rapport final, le Secrétaire général a, au nom de Monsieur le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, mis fin aux travaux de l’atelier sur la sécurité, la surpopulation carcérale et la réinsertion sociale des détenus au Burkina Faso.

Visite du Premier ministre, Beyon Luc Adolphe TIAO, au Centre pénitentiaire agricole de Baporo (CPAB)

Le lundi 17 juin 2013, le premier ministre chef du gouvernement, Beyon Luc Adolphe TIAO, a effectué une visite au Centre pénitentiaire agricole de Baporo (CPAB), dans la commune de Zawara (province du Sanguié) , il était accompagné du ministre de l’action sociale et de la solidarité nationale.  Le déplacement du chef du gouvernement avait pour objectif de s’enquérir des conditions de travail du personnel et de détention des Pensionnaires du centre. Au centre de Baporo, le premier ministre a été accueilli par le ministre de la justice garde des sceaux avec à ses cotés  le gouverneur de la région du centre ouest et le directeur général de la garde de sécurité pénitentiaire. Les honneurs militaires lui ont été rendus par une section de la garde de sécurité pénitentiaire.

Description : C:\Documents and Settings\Secretariat DG\Bureau\Document Site Web GSP\Visite PM à Baporo\DSC05313.JPG
Description : C:\Documents and Settings\Secretariat DG\Bureau\Document Site Web GSP\Visite PM à Baporo\DSC05316.JPG

 Après son mot de bienvenue, le régisseur du CPAB, l’inspecteur de sécurité pénitentiaire, Abdoulaye KEBRE, a fait la présentation de son établissement. Selon lui, le CPAB créé en 1986, est une prison en milieu ouvert qui couvre une superficie de 100 hectares. Ce centre reçoit des détenus ayant purgé une partie (la moitié) de leur peine en milieu fermé, et « dont le comportement a été jugé bon et ayant exprimé le désir de l’intégrer ». Le centre héberge 38 détenus sur une capacité d’accueil de 80. « Une trentaine de Garde de sécurité pénitentiaire, tous grades confondus, travaillent à son opérationnalité. Ils assurent la sécurité et l’encadrement des prisonniers. Il dispose également d’un personnel soignant, en l’occurrence un infirmier qui s’occupe du suivi sanitaire des détenus et du personnel », a-t-il ajouté. Les objectifs assignés au CAPB sont entre autres, de former les prisonniers bénéficiant du régime de semi-liberté en agriculture, en élevage et en artisanat, de les alphabétiser, contribuer à la réduction de la surpopulation carcérale. Le régisseur de l’établissement pénitentiaire a soutenu que dans le cadre de l’humanisation des prisons du Burkina Faso, d’importants efforts sont consentis par l’Etat pour améliorer le quotidien des détenus notamment « la hausse substantielle de l’enveloppe budgétaire allouée annuellement à leur entretien ». Par ailleurs, l’inspecteur KEBRE, a égrené quelques préoccupations du centre. Il s’agit, parmi tant d’autres, de l’irrégularité des décaissements de sa dotation du budget national, l’inadaptation des procédures budgétaires, la vétusté des équipements et des infrastructures, de son exploitation en deçà de ses capacités réelles du fait de contraintes climatiques. Pour ce faire, il a formulé des doléances en vue de permettre au CPAB d’exploiter ses potentialités réelles à savoir la réhabilitation du système d’irrigation, la réfection des locaux de détention et des enclos, la construction de logements pour le personnel, et de magasins adaptés. Le régisseur du centre a aussi suggéré l’acquisition de matériels roulants, d’équipements agricoles et d’élevage. Comme perspectives, pour la présente campagne agricole, l’établissement pénitentiaire expérimente la culture du riz. « Il est prévu pour cette campagne, l’aménagement de 85 hectares pour la culture du riz avec une récolte prévisionnelle estimée à 255 tonnes ».

Description : C:\Documents and Settings\Secretariat DG\Bureau\Document Site Web GSP\Visite PM à Baporo\DSC05308.JPG

         Quant au Premier ministre, il a déclaré que la création du CPAB relève des « initiatives majeures » de la Révolution. En outre, il a affirmé que les détenus sont des êtres humains qui ont des droits. « C’est vrai que dans leur vie, ils ont commis des fautes souvent très graves mais la société doit, d’une manière ou d’une autre, chercher à les récupérer et à les réinsérer dans le tissu social après qu’ils ont purgé leur peine. Le travail est la seule voie par laquelle l’homme se valorise. En offrant cette possibilité aux détenus, cela contribue à leur valorisation », a noté Mr. TIAO. C’est la raison pour laquelle, il a appelé à « humaniser » les maisons d’arrêt. Le chef du gouvernement a souligné que la création du centre pénitentiaire s’inscrit dans cet esprit. Après avoir salué les différentes initiatives menées au CPAB, il a promis d’étudier au niveau du gouvernement, les possibilités d’apporter à l’établissement les moyens nécessaires à son fonctionnement. De même, il a prodigué ses encouragements aux membres de la Garde de sécurité pénitentiaire (GSP) en affirmant que le souci du gouvernement est d’améliorer leurs conditions de travail. « Vous ne devriez pas vous sentir prisonniers », leur a-t-il lancé. Mr. TIAO a indiqué que le gouvernement va réfléchir à la possibilité de former les pensionnaires à certaines techniques d’élevage, en évoluant vers l’embouche afin d’avoir une plus grande rentabilité.

                                            Boubié TAGNAN

Chef de service du protocole, de la communication et des relations extérieures/DGGSP

JPO 2013 : Le ministre de la justice a visité la maison d’arrêt et de correction de Fada

A l’occasion des journées portes ouvertes sur la justice édition 2013 tenues les  3 et 4 mai dans la région de l’est sous le thème « le rôle de la justice dans la lutte contre le grand banditisme  », le ministre de la justice garde des sceaux Dramane YAMEOGO et sa délégation ont visité la maison d’arrêt et correction de Fada. Beaucoup de grands bandits purgent leur peine dans cette prison qui a besoin de soutien en ressources humaines, logistiques  et matériels .Le garde des sceaux s’est adressé  à la population carcérale de la MAC Fada en ses termes : « le ministère de la justice depuis 2006 a initié ses journées portes ouvertes pour se rapprocher davantage des justiciables afin de prendre en compte leur préoccupation pour une justice plus juste et équitable. C’est pourquoi, le thème de cette 7ème édition qui est « le rôle de la justice dans la lutte contre le grand banditisme » nous amène à dire que dans un état de droit on n’acceptera pas que pendant que des honnêtes citoyens se battent à la recherche de leur pitance quotidienne, d’autres les en dépossèdent bon gré mal gré. Sachez que toutes les personnes qui vont s’adonner à ces pratiques seront démasquées par les forces de défenses et de sécurité et conduites devant les instances juridictionnelles compétentes pour que la loi soit dite et appliquée avec rigueur. Pour les prévenus qui sont en attente de jugement ,tout est mis en œuvre pour que vos dossiers connaissent un dénouement rapide .A l’issue du jugement si vous êtes acquitté, vous devez vous comportez de manière à ne plus vous retrouver opposé aux lois en vigueurs dans notre pays et partout ailleurs dans le monde .Si vous êtes condamné,  purgez votre peine dans la légalité et la discipline pour qu’à votre sortie de prison, vous puissiez vous réinsérer au sein des citoyens burkinabés pour participer au développement du pays ».

Description : C:\Documents and Settings\Secretariat DG\Bureau\Document Site Web GSP\photos visite Mac Fada\IMG_1930.jpg
Description : C:\Documents and Settings\Secretariat DG\Bureau\Document Site Web GSP\photos visite Mac Fada\IMG_1931.jpg

 Avant de prendre congé, Dramane YAMEOGO a laissé un mot dans la main courante du poste de police de la MAC Fada dont en voici le contenu « A l’occasion des journées portes ouvertes du ministère de la justice, garde des sceaux édition  2013, j’ai eu l’honneur de rendre visite au personnel de la GSP de la MAC de Fada N’Gourma et à la population carcérale. Je voudrais saisir l’opportunité pour présenter au personnel de la MAC, mes vives félicitations pour leur sérieux dans le travail. A la population carcérale, je souhaite qu’elle trouve ici à la MAC, l’occasion de se réinsérer socialement dans la grande communauté du Burkina Faso afin de contribuer au développement de notre beau pays le Burkina Faso.

Vive le Burkina Faso ».