Approche santé et pathologies d’intérêt particulier en milieu carcéral : les personnels de santé des établissements pénitentiaires outillésDu 05 au 07 novembre 2019, se tient à Ouagadougou, une session de formation des agents de santé des infirmeries des établissements pénitentiaires sur l’approche santé en milieu carcéral et les pathologies d’intérêt particulier en prison.Cette session de renforcement des compétences des agents de santé, deuxième du genre qui vise à améliorer la qualité de l’offre de soins en milieu carcéral au Burkina Faso, contribue à l’humanisation des lieux de détention au Burkina Faso. Elle permettra aux participants, essentiellement des personnels de santé, venus des 29 établissements pénitentiaires du Burkina Faso, de renforcer leurs capacités sur l’approche santé en milieu carcéral ; la prise en charge de la malnutrition, de la tuberculose, des dermatoses etc.; et connaitre les bonnes pratiques en matière d’hygiène.C’est le Directeur Général de l’Administration Pénitentiaire, l’Inspecteur Divisionnaire Eloi GUIGMA, représentant le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, qui a ouvert les travaux ce mardi 05 novembre 2019. Cette cérémonie a vu la présence des personnalités telles que les représentants du CICR venus de la coordination régionale d’Abidjan, le coordinateur du Programme national tuberculose, le Directeur régional de la Garde de Sécurité Pénitentiaire du ressort de la cour d’appel de Ouagadougou, les Directeurs centraux de l’administration pénitentiaire et la Directrice de la nutrition. Premier à prendre la parole, le Docteur Karim TRAORE, directeur de la santé et de l’action sociale a situé le contexte : « l’accès aux soins de santé pour les personnes privées de liberté est confronté à de nombreux défis liés d’une part aux difficiles conditions de détention (surpopulation, promiscuité, insuffisance alimentaire et d’hygiène et d’autre part à l’insuffisance d’organisation des soins de santé. Ce présent atelier va concourir sans doute à l’amélioration de la qualité de l’offre de soins de santé en milieu carcéral au Burkina Faso. » a-t-il précisé.

Cette formation a été possible grâce à l’appui technique et financier du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Monsieur Jérôme NTARIMA, coordinateur santé au CICR a relevé dans son message que le CICR régional d’Abidjan couvre 08 pays dont le Burkina Faso. L’une de ses missions est d’œuvrer à l’amélioration des conditions de détention. « Nous sommes en bonne collaboration avec l’administration pénitentiaire burkinabè. Plusieurs activités ont déjà été réalisées dont l’appui technique et financier de cette formation. Le CICR va continuer de soutenir l’administration pénitentiaire dans ses efforts d’humanisation des prisons. » a-t-il signifié. Dans son discours d’ouverture, le DGAP a d’abord reconnu l’immensité du travail abattu au quotidien par le personnel de santé dans les établissements pénitentiaires. « Je voudrais vous traduire toute ma satisfaction pour l’amélioration substantielle observée depuis quelques années maintenant en termes de qualité de soins dans les maisons d’arret. Je voudrais également reconnaitre vos efforts consentis en termes de plaidoyer auprès des partenaires sur le volet santé, pour l’organisation et fonctionnement des infirmeries dans les établissements pénitentiaires. Je formule le vœu que cet engagement se poursuive et se raffermisse davantage pour le bonheur de nos pensionnaires. » a-t-il mentionné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + 16 =